56-DISA Gran Canaria Maraton

Une promenade de santé, non pas parce que la course n’aura été qu’une formalité, mais plutôt compte tenu du nombre très important de cliniques observé tout au long du parcours. Cette ile dédiée aux traitements médicaux!
Mais revenons au principal de cette journée du 25 janvier 2015
Parcourir Las Palmas n’a rien, mais vraiment rien, d’une promenade sympathique tant cette ville ne présente pas (à mes yeux) d’attraits. Voilà c’est dit je n’insisterai pas. Par contre la plage de Las Canteras est remarquable. De toute beauté même.IMG_1648 IMG_1638

Ce matin ce sont 7500 runners, chiffre annoncé par les organisateurs pour l’ensemble des courses programmées (10kms, half et marathon), qui s’étaient donnés rendez vous devant l’Auditorium Alfredo Kraus point de départ des parcours mais aussi de l’arrivée, l’essentiel des participants prenant part soit au 10 soit au half, le marathon ne mobilisant que 750 coureurs.
IMG_1657
Les conditions de course n’ont pas été faciles, loin s’en faut, avec un départ qui réunissait les coureurs du marathon et ceux du Half (assez gênant), pour un parcours en deux boucles avec de longues lignes droites où des rafales de vent et la pluie se sont invitées à de nombreuses reprises. Très pénible, notamment la météo très capricieuse, ce qui, selon mon logeur, est assez fréquent à Las Palmas en cette saison.
L’organisation a été exemplaire concernant la sécurité vis à vis de la circulation, il convient de le signaler, tout comme la gentillesse des bénévoles est à mentionner. Par contre, aucun km indiqué sur le parcours, c’est vraiment regrettable, et absence de solide aux ravitos. Dommage. Il convient aussi de signaler la course du petit dej, disputée la veille le samedi matin, particulièrement fun, parrainée par Paula Radcliffe, et qui a réuni beaucoup de monde de toutes conditions (familles, des très jeunes, des moins jeunes et même un toutou); j’ai aimé.


En ce qui me concerne tout s’est convenablement déroulé, « à la Gianpie » devrais je dire, avec une mise en route progressive du moteur au fil des kms. Sur la fin, j’étais même en grande forme.
Au final, j’ai assuré ce marathon, couru dans des conditions assez pénibles, mais aussi avec quelques instants particulièrement sympa comme quand j’ai rencontré vers le 26ème km des amis de Hamburg. En fin de compte du bonheur, comme souvent, même si je ne me risquerai pas à revenir sur cette épreuve. Et puis aussi, bien sûr, le plaisir de porter le maillot de Let’s Run Paris.


C’était donc mon 54ème marathon (le 52ème depuis 2010) et il aura été marqué, me concernant, par deux évènements majeurs, en premier lieu, je l’ai déjà signalé, lorsque j’ai rejoint au 26ème km des amis runners de Hamburg Alsterlauf, Fritzi et Walter puis au 36ème Hans, l’homme au 239 marathons (et il n’a pas fini puisqu’il n’a que 56 ans). Un long moment nous avons partagé ensemble ce marathon en discutant. Que du plaisir! c’est pour des instants comme ceux-ci que je cours.


Et puis aussi ma rencontre avec Sasho Insermu. En 02:34:56, l’éthiopienne a battu le record de l’épreuve dans des conditions météo, inutile de le rappeler, que je qualifierai de « particulières », même si mon logeur m’a confirmé qu’en cette saison il est fréquent à Las Palmas de rencontrer ces intempéries.
J’avais rencontré Sasho en connexion à Madrid et j’avais pu discuter avec elle et surtout avec la copine qui l’accompagne puisque Sasho ne parle pas anglais. Les deux jeunes femmes sont très sympa, mais ce qui m’avait surpris c’était le visage « marqué » et triste de Sasho.
Le hasard a voulu qu’au retour, hier, elle soit assise juste devant moi dans l’avion (sa copine 10 rangs plus loin). Nous n’avons pas pu discuter (barrière de la langue) mais elle a eu la gentillesse de me montrer la magnifique médaille qu’elle a gagnée. Rien a voir avec la mienne!
Malgré une grande gentillesse manifestée, ce qui m’a vraiment abasourdi chez Sasho, c’est son visage cette fois-ci celui d’une vieille personne. Elle le protégeait d’ailleurs par un foulard qu’elle ne portait pas à l’aller de la même manière. Pendant le vol (3heures), Sasho n’a pas bougé et rien mangé. Séparée de sa copine, elle était « calée » entre deux touristes allemands qui eux n’avaient sûrement pas couru le marathon! Je me suis dit alors que la vie de star de la course à pied était vraiment aux antipodes de celle des stars du foot en m’imaginant ce qu’aurait été l’attention manifestée par le personnel de bord à l’égard d’un Messi ou d’un Ronaldo!

Publicités

Un commentaire sur “56-DISA Gran Canaria Maraton

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s