87-Maraton Valencia Trinidad Alfonso (2 décembre)

On m’avait présenté cette course comme étant le modèle du genre. On vient de loin pour y participer. Après avoir pris part à cette édition, je serai un peu réticent à partager cette idée. Certes il s’agit d’une très  belle épreuve mais il y en a beaucoup d’autres. Le fait qu’elle se déroule par grand beau temps chaud, ce qui tranche avec le climat centre/nord européen actuel, doit largement aider à cette cotation.

Paco Borao, Président de l’AIMS, parle en ces termes de son marathon:

« There are several things that make up an ideal ensemble: the city, the pleasant Mediterranean climate, the friendliness of its inhabitants, the urban monuments and the tourist attraction. In term of sport, the orography is si flat for the achievement of records together with the aesthetics of the start and finish of the race in the City of Arts and Sciences, and the embrace thats citizens offer to all athletes along the entire route. »

Je partage tout à fait ce point de vue. D’après moi, des efforts restent à faire notamment pour l’Expo (pas assez large), les ravitos (absence de solide), la médaille (celle du 10kms était plus sympa que celle du marathon et surtout absence de distribution individuelle à l’arrivée, il fallait chercher au fond du sac remis après la course à chaque coureur pour la trouver!).

Côté tourisme, j’ai personnellement été gâté,  adorant les villes abritant des quartiers modernes. Le Parc « Jardi del Turia » dans ce domaine est exceptionnel avec de nombreux bâtiments (Oceanogràfic Marine Park, Museo de las Ciéncias, Hermisféric, Palau de les Arts, Palau de la Musica) à l’architecture résolument futuriste. Fantastique. Mais le quartier plus ancien du centre ville ne manque pas non plus de charme, loin s’en faut.

Breakfast Run du samedi 1er décembre

Le Marathon 

Le vainqueur

IMG_0166

La ville

Publicités