RheinEnergie Marathon Köln

Comme je ne suis pas un rapide en marathon, j’ai la possibilité, tout du long du parcours, de faire du tourisme, d’observer, de prendre des photos… des principaux sites et paysages côtoyés. Cela a été le cas pratiquement lors de mes 47 marathons précédents et je m’imaginais pouvoir renouveler l’expérience à Cologne en ce dimanche 14 septembre en prenant le départ à 10am de ce RheinEnergie Marathon Köln, comme 23000 autres runners (toutes épreuves confondues). Mais rien n’en fut. La raison? Tout est moche! J’ai réfléchi 2 nuits avant de confirmer par écrit mon impression de dimanche, mais rien n’y a fait. Je confirme. Hormis sa Cathédrale gothique, absolument admirable (notamment la nuit avec ses illuminations), la ville n’a aucun charme. Désolant, notamment compte tenu du plaisir que j’ai eu de courir dans d’autres villes allemandes telles Berlin, Hamburg, Hanovre et Rostock.
Ceci dit, j’ai assuré malgré une douleur prononcée aux adducteurs, côté gauche, qui m’a fait un instant craindre le pire. La douleur ne m’a pas quitté tout du long du parcours sans toutefois s’amplifier. Dans ces conditions je suis ravi d’avoir « bouclé » mon 48ème en quatre années de cap.
Un mot aussi de l’organisation que je qualifierais de très moyenne.
Tout d’abord, un départ curieux. Regroupés par corail, chacun d’une couleur différente laissant penser à une sélection « par temps », les coureurs de 3h côtoyaient (au sein d’un même corail) ceux de 4 ou 5h, puisque leur affection était fonction de leur date d’inscription. Les 3000 premiers inscrits dans le corail rouge, les 3000 suivants dans le jaune…. quelque soit leur temps escompté. Du grand n’importe quoi!
Et puis l’amalgame des courses marathon (individuel, équipes seniors, équipes kids…) faisait, par exemple, que des gamins de 10 ans s’envolaient devant vous au 20ème, au 30ème…car ils venaient de partir, pour freiner, à bout de souffle, 3 kms plus loin. Très désagréable.
Et puis les ravitos placés 100m avant les contrôles Chips, comme au half, ce n’est pas mal non plus… Bref je ne suis pas satisfait du tout de l’organisation également d’autant plus qu’à l’arrivée sur au moins 100m vous bénéficiez de tréteaux dressés pour l’occasion avec tant de mets de toutes natures (boudin, saucisse, tartines…) que l’on se demande si il n’aurait pas mieux fallu commencer son marathon au 40ème pour pouvoir se sustenter comme un dimanche de fête!
Je ne parlerai même pas pas du parcours et de ses innombrables allers et retours.
Vous l’avez compris je ne reviendrai pas courir à Cologne. Seule satisfaction, celle d’avoir partagé ce week-end avec Dare et la charmante Claudia. Rien que pour ça j’ai passé un excellent moment.
Un dernier mot pour dire que dès le lundi matin, avant de prendre le train pour Paris, je me suis fait un petit jogging de 3 bornes sur le pont du chemin de fer qui traverse le Rhin (un des seuls endroits sympa) avant de gravir les marches qui mènent, après 97m de montée, au « clocher » du DOM. C’était super, tant pour ma forme affichée, malgré les 42 de la veille, que pour la « hauteur de vue »!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s